Des crottes de souris comme hors d’oeuvre ?3 min pour lire

On parle souvent de l’hygiène dans la restauration rapide, Quick et McDo. Mais il y a aussi les snacks.

En Belgique, les snacks sont un peu partout. Car, oui, le belge aime la frite. Pas envie de cuisiner ? Trop tard pour préparer le souper ? Un petit passage à la friterie et l’affaire est réglée.

Mais qu’en est-il réellement de l’hygiène dans ces endroits ?
Certes l’AFSCA surveille ces établissements mais les inspecteurs ne peuvent pas être partout.

Ce que vient de révéler le groupe Sud Presse fait froid dans le dos et donne envie de retourner à sa cuisine pour préparer soit même son petit plat.

Cela se passe à Châtelet, dans la région de Charleroi. Un snack/pitta a été contrôlé et le résultat est pour le moins surprenant et inquiétant.
En plus de locaux inadaptés, ils étaient extrêmement sales. La viande entreposée dans un frigo à 22° !
Les mouches pondaient leurs oeufs sur la nourriture et le comble : des crottes de souris dans les gobelets sous le comptoir !
Sans parler évidemment de la manipulation de la nourriture à mains nues (sans gants en d’autres termes). Vu l’état général du bâtiment, les mains devaient être sympas aussi !

Je me suis souvent posé la question sur l’état des cuisines, que ce soit dans la restauration rapide que dans les restaurants plus classiques. En effet, comment savoir comment se prépare le plat hors de prix que vous venez de commander dans ce beau grand restaurant.

Faut-il avoir peur d’aller manger au restaurant et dans les snacks ?
Je pense qu’il faudrait plutôt poser la question suivante : faut-il avoir peur de manger tout court ?

Il est déjà arrivé qu’on trouve des objets insolites dans les conserves (animaux morts, insectes, objets divers et variés,…). Donc, il faut aussi se méfier des conserves.
Et comment est entreposée la viande que vous achetez chez votre boucher ?
Combien sont ceux qui ont mangé du pain à la salive sans le savoir ? J’ai déjà entendu des histoires de boulanger qui crachait dans la pâte pour se venger d’un patron difficile !

La seule solution revient alors à cultiver soit même ses légumes. Mais je vous mets au défit d’abattre le boeuf qui se trouve dans votre jardin ! (déjà, je vous mets au défit de mettre un boeuf dans votre jardin!).

Le cas de notre snack/pitta de Châtelet est flagrant. Mais qu’en est-il des autres lieux de restauration ? Et de l’alimentation en général ?

Pour information, le propriétaire de ce snack a été condamné à payer une amende mais vu qu’il n’a pas payé, il s’est retrouvé au tribunal où il a écopé de 6 mois de prison ferme et une amende de 5500€. La question qu’on se pose est évidemment de savoir ce qu’il se serait passé s’il avait payé la première amende. Il ne se serait pas retrouvé au tribunal et aurait probablement pu continuer son petit commerce.

Ce genre de situation me fait chaque fois penser à un sketch des Inconnus. Je vous ai trouvé la video sur Youtube et franchement, je crois qu’ils ne sont pas très loin de la vérité !

Laissez un commentaire