La pollution on s’en fout, on veut rouler vite.6 min pour lire

Crédit : domat33f (Flickr)
Crédit : domat33f (Flickr)

Ces 13 et 14 mars 2014, une alerte Smog a été déclenchée en raison d’un haut niveau de pollution.
Lors d’une telle alerte, la vitesse sur certaines autoroutes est limitée à 90km/h et certains bus sont gratuits.

On a ainsi assisté à des remarques du style « C’est honteux de nous obliger à rouler à 90km/h, y a des gens qui travaillent! » ou encore « les bus sont bondés à cause de leur stupide alerte » ou même « tous les trains sont en retard » (au point qu’une photo d’un panneau indicateur d’une gare a été diffusée en télévision, comme si c’était une rareté que des trains soient en retard).

Par contre, pas une seule fois je n’ai vu le moindre commentaire sur la pollution en elle-même.
Parce que, si comme certains l’ont dit, interdire de rouler à 120km/h c’est une atteinte à nos droits, qu’il en va de notre liberté, je rappelle quand même que pour la pollution, il en va de votre vie et surtout de celles de vos enfants. Ceux-là même qui vous chérissez.

Pas une seule fois je n’ai vu des gens être horrifiés de la pollution de notre planète. Mais plus d’une fois j’ai vu des gens horrifiés de devoir partir 3 minutes plus tôt de chez eux pour aller au travail en roulant à 90km/h.

On se plaint de l’inutilité de ces journées « smog » où la vitesse est limitée sur les autoroutes. Mais personne ne s’engage à faire en sorte que cela ne se reproduise plus en essayant de polluer moins.

Parce que, c’est vrai : obliger les gens à rouler moins vite durant un ou deux jours ne sert strictement à rien. La pollution, elle est là et elle restera là. La différence est que les particules polluantes vont se disperser plus rapidement. Mais ces particules resteront bien présentes et continueront à polluer notre environnement.
Une fois de plus, et comme d’habitude chaque fois qu’un problème se pose, on n’essaie pas de trouver l’origine de la mauvaise odeur, on asperge allègrement les alentours de désodorisant. Ca masque le problème, mais ça ne le résoudra pas (je sais, j’ai déjà fait cette allusion avec l’exclusion du chômage prévu fin d’année, mais j’ai bien précisé « comme d’habitude »).

Bientôt les élections. Vous pourriez en profiter pour demander aux Politiques ce qu’ils comptent faire mais tous vous répondront une de ces propositions :

  1. Nous allons mettre en place une taxation au kilomètre qui réduira la pollution
  2. Nous allons augmenter les accises sur les carburants
  3. Nous allons créer la « taxe Diesel » (le diesel étant un des carburants le plus producteur en particules fines, la pollution que nous avons connu ces 2 derniers jours)
  4. Nous allons taxer les entreprises qui polluent (une grande partie de la pollution vient des entreprises)
  5. Nous allons mettre en place un système qui permettra à l’Etat de limiter l’utilisation de charbon et de bois dans le chauffage des maisons (j’avais envie de ne pas employer le mot « taxe » cette fois-ci)

Bref, si vous demandez aux Politiques une solution, elle sera toujours liée à la création ou à l’augmentation d’une taxe. En effet, c’est bien connu : si vous payez une taxe pour votre voiture diesel, elle polluera moins et Mère Nature organisera une grande réception où tout le monde sera invité.

Soyons sérieux quelques instants : payer ne diminuera pas la pollution! Les gens continueront à utiliser leur voiture pour aller travailler, faire leurs courses, dire bonjour à mamy,… Au mieux, ils n’iront plus à la mer 3 fois par an mais seulement 2 fois et ils emporteront leurs sandwichs plutôt que de manger une crêpe sur place.
On ne roule déjà plus autant qu’avant vu l’augmentation du prix du carburant (et du reste). Si dans certains cas certaines personnes devraient prendre les transports en commun, pour d’autres c’est impossible : ceux qui commencent très tôt ou finissent très tard, ceux pour qui cela prendrait 3h en bus alors qu’il faut 20 minutes en voiture (c’est du vécu), ceux qui doivent transporter des objets lourds ou volumineux, ceux qui doivent se déplacer plusieurs fois durant leur service, ceux qui n’ont tout simplement pas de transports en commun à disposition,…

Non, la solution n’est pas dans la taxe mais dans la détaxe. Plutôt que d’augmenter les accises sur le diesel, pourquoi ne pas baisser les accises sur l’essence? Pourquoi ne pas supprimer la taxe de circulation (ou la réduire très fortement) pour les voitures électriques? Pourquoi ne pas baisser la TVA sur les voitures électriques?
On parlait aussi des fruits & légumes importés. On voulait les taxer plus lourdement afin de les rendre moins attractifs que les produits locaux. Mais, on ne se pose pas la question de savoir pourquoi la pomme de terre qui vient de l’autre bout de la planète coûte moins chère que la pomme de terre cultivée dans le champ voisin.
Il ne s’agit pas de taxer plus fortement ce qui vient de loin, mais de réduire le prix des produits locaux en diminuant les taxes locales.

De plus, faire payer aura l’effet inverse : « Je paie donc j’ai le droit de polluer ». Ca, je l’entends déjà souvent de la part de ceux qui ont une grosse voiture qui consomme un pont « Je paie assez de taxes pour pouvoir avoir une voiture qui pollue alors j’en profite ».

Arrêtez de signer des pétitions contre la construction d’éoliennes « parce que c’est moche » mais poussez les Politiques à en construire plus « parce que c’est propre ».

Qu’on arrête de taxer chaque mois un peu plus les panneaux solaires « parce que ça diminue les taxes perçues par l’Etat via les sociétés d’électricité » mais qu’on diminue la TVA sur ces panneaux (et pas forcément mettre en place un système de chèque vert qui coûte à l’Etat).

Bref, ne vous offusquez pas de votre privation de liberté parce qu’on vous demande de rouler à 90km/h pendant deux jours. Offusquez vous de ne voir qu’une espèce de brouillard grisâtre non-stop durant deux jours. C’est beaucoup plus important et grave. Si vous, cela ne vous concerne pas trop, ce sont vos enfants qui en pâtiront. Parce que ce brouillard grisâtre qui va se disperser dans quelques heures, un jour il ne se dispersera plus car il n’aura plus de place pour se disperser. Et ce jour-là, vos enfants pourront donner tout l’or du monde à l’Etat : ils leur sera impossible de respirer autrement qu’à travers un masque ou, pire, une bonbonne d’oxygène en permanence sur le dos.

Liens utiles :
La pire qualité de l’air en… 800.000 ans.
La pollution à Paris en deux photos

(Petite info en passant, saviez-vous qu’à Malte, la vitesse sur les autoroutes est limitée à 80km/h? Vous voyez, il y a pire!)

Laissez un commentaire