Conducteurs de bus, ces chieurs (et grévistes)21 min de lecture

Photo : Jean Philippe Dheure

Oui, le blog est toujours en vie!
Et si je suis si absente, c’est parce que je n’ai plus de temps pour rien. Ah, si, j’ai du temps pour travailler mais c’est tout.

Aujourd’hui, je suis conductrice d’autobus. Oui, je fais partie de ces emmerdeurs qui ne respectent pas le code de la route, qui sont désagréables, qui font exprès de faire tomber les gens dans le bus et qui ont en plus le culot de faire grève.

Les conducteurs de bus, si je m’en réfère à ce qui est dit sur les différents sites de médias, on peut les définir comme des gens sans éducation, stupides, qui ne font pas un vrai métier et qui sont toujours en congé. Ils sont aussi des dangers publics dont on se passerait bien.
On peut tellement s’en passer que lorsqu’il y a une grève, tout le monde est pris en otage.

Ah, cette belle expression : pris en otage.
Si je vous enfermais dans mon bus en réclamant une rançon pour vous libérer, vous seriez un otage.
Mais lorsque je suis en grève, vous êtes libre de vous déplacer. Certes, autrement qu’en bus, mais vous êtes libre. Libre de faire ce que bon vous semble. Il n’est nullement question d’otage.

Je reviens donc écrire une petite bafouille pour vous dire exactement ce qu’est un conducteur de bus.
Ce qui me donne envie de faire ça, ce sont les commentaires des gens qui prennent le bus (ou pas) et surtout la création (apparemment avortée) d’un site internet qui aurait permis de dénoncer les conducteurs de bus qui font mal leur travail.

Je ne vais pas m’étendre sur ce site internet. C’est dommage d’en arriver là mais je suppose qu’il s’agit d’un voyageur mécontent du service. Il a les capacités de créer un site et il a mis ses dons dans le but d’améliorer le service aux voyageurs. Même si la délation n’est franchement pas une bonne idée…
Je peux comprendre. Mais, pour info, il existe un formulaire sur le site du TEC qui permet de déposer une plainte. Et vous pouvez même vous rendre directement au dépôt si vous n’avez pas internet.

Qu’est-ce qu’un conducteur de bus?

C’est une personne qui conduit un véhicule long et lourd. Un bus standard fait 12 mètres et un articulé fait 18 mètres.
On ne conduit donc pas une Twingo. Il nous faut de la place. Parfois beaucoup de place. Quand on se déporte sur la gauche pour tourner à droite, ce n’est pas pour ennuyer les automobilistes ou pour bloquer la circulation pour passer le temps. C’est parce que si on ne le fait pas, on va accrocher soit une bordure surélevée, soit un voiture (mal) stationnée, soit le coin d’une maison ou encore un panneau de signalisation.
Vous voyez un bus? Laissez-lui la place. Vous perdrez une dizaine de secondes. Si vous le bloquez, vous perdrez 1 minute. Voire plusieurs dizaines de minutes dans certains cas.

Un conducteur de bus c’est aussi une personne qui se lève très tôt ou qui se couche tard.
Lorsque je dois sortir le premier bus du dépôt, mon réveille sonne à 1h15 (j’avoue que j’habite un peu loin du dépôt, mes collègues peuvent dormir un peu plus que moi). Pour me lever à cette heure, je dois me coucher vers… 18…19h.
Et quand je dois rentrer le dernier bus au dépôt, je suis chez moi vers minuit.
Moi, je suis supplémentaire, c’est-à-dire que je n’ai pas d’horaire défini à l’avance. Je connais mon horaire 3 à 4 jours à l’avance. Et même si on a une grille pour calculer notre jour de congé hebdomadaire, il peut être déplacé sans préavis (j’ai eu le cas il y a quelques semaines).
Impossible de prévoir quoi que ce soit à l’avance : sortie en famille ou entre amis, on peut oublier. Depuis que je fais ce métier, ma vie sociale est à zéro. Je ne vois plus mes amis et je ne sais même pas les appeler vu mes horaires décalés.
Ma vie, c’est le TEC. Et rien d’autre.

Un conducteur de bus c’est aussi une personne qui se fait insulter plusieurs fois par jour, que ce soit par les automobilistes ou par les voyageurs. Même quand on y est pour rien.
Je rappelle aux automobilistes que la priorité de gauche, ça n’existe pas. Si un bus vient à votre droite, vous devez le laisser passer. L’insulter ne changera pas le code de la route.
Idem pour les voyageurs : on ne se lève pas le matin en se disant qu’on va faire chier le peuple !

Nous n’avons pas de temps de midi. Parfois, on a une pause d’1h. Parfois on a juste 5 minutes. Et sur ces 5 minutes, il faut se dégourdir les jambes, faire le tour du bus pour s’assurer que personne n’a rien oublié, noter son éventuel retard dans le rapport et enfin manger. Tout ça en 5 minutes. Ca explique aussi pourquoi un conducteur de bus mange en conduisant, même si c’est illégal.

Niveau santé, ce n’est pas triste non plus : un dos en compote, une alimentation chaotique, un rythme décalé (je ne savais pas qu’on pouvait souffrir du jetlag en bus) ou encore des problèmes respiratoires (on passe quand même nos journées dans la circulation en agglomération, la pollution ce n’est pas rien).

Conducteur de bus, ce n’est pas un vrai métier

C’est quoi un vrai métier?
Travailler à l’usine?
Un métier qui nécessite de hautes études?
Et les vendeuses, elles ne font pas un vrai métier non plus? Et les personnes qui viennent ramasser vos déchets toutes les semaines?
Oui, conduire un bus, c’est un vrai métier. Un véhicule de 18 mètres qui pèse plusieurs tonnes et qui est blindé de voyageurs, ce n’est pas à la portée de tout le monde (déjà quand j’en vois certains conduire une voiture, je me dis que même ça ce n’est pas à la portée de tout le monde).
On a la responsabilité de plusieurs dizaines de personnes. Sans parler des usagers de la route comme des piétons ou des cyclistes qui nous coupent la route. On prend des risques tous le jours. Et même beaucoup de risques.
Quand une voiture ou un cycliste nous coupe la route, même à 40km/h on ne peut pas toujours s’arrêter à temps. On doit donc regarder au loin. Partout. Tout le temps. Le métier n’est peut-être pas physique mais il est mentalement fatigant.
Et physique, il l’est aussi : même avec une direction assistée, un volant d’un bus ne se tourne pas aussi facilement que celui d’une voiture. Et je ne vous parle pas de l’état de notre dos ou encore de nos jambes.

Un métier où on peut dormir, je veux bien le faire!

Si vous voyez un conducteur dormir dans son bus durant sa pause, ce n’est pas un fainéant. C’est juste qu’il a sûrement commencé à 4 ou 5h et a dû se lever à 2h. Donc, oui, on profite d’une pause pour dormir un peu. Je vous rappelle que nous devons faire attention à tout, partout, tout le temps. Impossible si on dort au volant!

Vous ne faites que vous balader toute la journée

Prendre ma voiture et aller à la mer, ça c’est se balader. Conduire un 12 tonnes (ou presque) de 18 mètres 8 ou 9h d’affilées, uniquement en agglomération et aux heures de pointe, on est loin, mais alors très loin de la balade.
Quand vous allez à la mer en voiture, vous roulez 2h. Et vous vous arrêtez parfois en cours de route parce que vous êtes fatigué.
Pourtant, vous conduisez sur autoroute. Alors imaginez devoir conduire un bus pendant 9h en agglomération.
Ce n’est pas une balade. Et nos pauses, on en a besoin.
Saviez-vous que certains conducteurs de bus ne peuvent pas boire durant leurs 8 ou 9h de prestation?
Boire implique d’aller aux toilettes. Sur certaines lignes, il y a moyen de se rendre dans l’un ou l’autre établissement. Mais pas sur toutes. Il n’est pas rare que je ne puisse pas me rendre aux toilettes durant tout mon service, et donc, que je ne bois pas pendant 8h.
Elle est tellement géniale cette petite balade.

Vous êtes toujours en grève

Bon, là, j’avoue, quand j’ai appris qu’il y avait une grève dans quelques jours, j’ai eu la même réflexion que beaucoup d’usagers : ENCORE?!
Parce que oui, même chez les conducteurs de bus, on trouve que c’est parfois exagéré.
Il n’y a pas de grève dans le privé? C’est logique : dans le privé, vous faites grève, vous êtes viré.
Les services publics ont la chance d’avoir des syndicats qui empêchent cela. Et il n’y a plus que les services publics qui peuvent se battre pour le maintien des droits sociaux.
Sans les services publics en grève, il y a longtemps que la pension serait à 85 ans et que vous n’auriez plus que 10 jours de congés payés par an.
Et les arrêts maladie, on oublie.
Donc, oui, on est chiants avec nos grèves. Mais il n’y a plus que nous pour que tout le monde puisse garder des droits sociaux difficilement acquis par vos grands-parents.
Ah, et petite précision : ce n’est pas un jour de congé. Quand on fait grève, on n’est pas payé. On reçoit bien quelque chose (oserais-je appeler ça une aumône) du syndicat, mais c’est loin d’être le salaire d’un jour de travail.

Les conducteurs de bus roulent mal et ne respectent pas le code de la route

On respecte le code de la route bien plus qu’un automobiliste. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de voitures que je vois griller un feu rouge sur une journée de travail.
Ou encore le nombre de voitures stationnées sur un arrêt de bus ou, pire, sur une bande bus. A ce sujet, je vous rappelle que la bande bus est une bande de circulation comme une autre. Ce n’est nullement un parking. Vous n’avez pas le droit d’y stationner.
Par contre, et là je ne vais pas me faire des copains chez mes collègues, mais vous avez parfaitement le droit de vous arrêter sur un arrêt de bus afin de déposer ou charger une personne. Par contre, vous n’avez pas le droit de vous y arrêter 20 minutes pour téléphoner (même si c’est très bien de s’arrêter pour téléphoner).
Comme je l’ai expliqué plus haut, on a besoin de place sur la route. Et même de beaucoup de place avec un bus articulé. Et, contrairement à une voiture, on ne peut pas se ranger dans un trou pour vous laisser passer. Donc, oui, vous êtes peut-être prioritaire car les voitures sont stationnées à ma droite. Mais si je suis déjà engagée, c’est à vous à céder le passage au bus, car le bus ne pourra pas se ranger et encore moins faire une marche arrière. Attendez à l’entrée de la rue ou à un endroit ou le croisement sera possible. Vous perdrez quelques secondes. Ce qui n’est rien si vous nous obligez à faire marche arrière car nous devons appeler des contrôleurs pour faire cette manoeuvre vu que nous n’avons aucune visibilité à l’arrière. Là, vous êtes partis pour attendre 30 à 40 minutes si les contrôleurs sont déjà en intervention quelque part.

On doit souvent se déporter vers la gauche lorsqu’on doit tourner à droite. On a pas le choix sinon c’est l’accrochage. Lorsque vous voyez un bus qui attend pour tourner à droite, surtout ne le dépassez pas. Et si vous arrivez en face de lui, vous pouvez même être fair-play en ralentissant pour qu’il puisse faire sa manoeuvre.

En ce qui concerne les bus articulés, soyez extrêmement vigilants!
Je vous explique avec un exemple :
Je dois tourner à droite au carrefour. Je me déporte un peu vers la gauche. Priorité de droite oblige, j’attends, non pas que les voitures à ma droite passent mais bien qu’elles me laissent passer. En effet, si une voiture tourne dans la rue où je me trouve, elle va être coincée par ma remorque (la 2e partie du bus articulé). Mais si je prends mon virage à droite, ma remorque va se déporter vers la gauche, soit du côté de la voiture. Et croyez-moi, voiture contre bus, c’est toujours le bus qui gagne. La voiture n’est qu’une simple boite de conserve face à un bus. Donc, une fois que vous êtes coincé par la remorque, l’unique solution pour s’en sortir sera de faire marche arrière. Donc, avant de vous engager, faites une petite marche arrière pour nous laisser passer. Ca prend quelques secondes et ça arrange tout le monde, vous y compris.

Concernant les excès de vitesse, et contrairement à une idée reçue, oui on doit payer nos P.V.
Donc, les excès de vitesse, on évite.
Si vous avez l’impression qu’un bus roule vite, c’est parce que c’est un véhicule imposant et qu’on estime différemment sa vitesse. Mais un bus respecte la limite de vitesse.
Maintenant, c’est comme pour les voitures : il y en a qui ne respectent pas les limitations. Parfois volontairement parfois pas. Il faut l’avouer.

Les conducteurs n’attendent pas que les gens soient assis

C’est vrai et c’est faux.
Les jeunes, on attend rarement. Ils ont de bonnes jambes et de bons réflexes.
Les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite (cela va de la personne âgée en passant par les personnes ayant une jambe dans le plâtre ou encore des personnes ayant un sac dans chaque main), on attend souvent qu’elles soient assises. Sauf lorsque la personne s’arrête pour papoter avec quelqu’un dans le bus.
Si on démarre sèchement, ce n’est pas forcément voulu. Je suis parfois surprise du choc que fait mon bus quand j’enlève le point d’arrêt. Idem lorsqu’on ralenti : il se peut qu’il y ai un choc. Ce n’est pas un coup de frein mais simplement la boite de vitesse (automatique) qui nécessiterait un petit entretien.

Les bus sont toujours en retard

Ca, c’est mon préféré. Si vous saviez la réputation que je me tape au dépôt (oui, je sais ce qu’on dit de moi 😉 ) Parfois, quand je suis à l’heure, je sortirais bien le champagne. Mais l’alcool est interdit :).  D’ailleurs, je n’aime pas le champagne.

Bref, la ponctualité. C’est généralement la raison principale des insultes qu’on se prend sur une journée de travail.
Pourtant, jamais je ne me suis levée en disant « Je vais faire chier le peuple en ayant 20 minutes de retard toute la journée »
Qu’est-ce qui provoque les retards?

  • La circulation.
    Vous n’êtes peut-être pas au courant, mais un bus ne possède que des roues. Nous n’avons ni hélices, ni ailes. Et le convecteur temporel étant en panne, nous ne pouvons pas nous rendre dans le futur pour équiper les bus comme la DeLorean.
    S’il y a des bouchons sur la route, nous devons nous les farcir aussi.
    Un jour, une personne m’a insultée parce que j’avais 15 minutes de retard. Quand je lui ai dit que c’était à cause de la circulation, elle a rajouté une couche en disant qu’il n’y avait pas de circulation. En effet. Sauf que lorsque j’ai démarré mon circuit, c’était en pleine heure de pointe et le retard s’est répercuté sur l’ensemble du circuit (et parfois il se répercute même sur le voyage suivant).
  • Le stationnement et l’arrêt des autres véhicules.
    Une voiture mal stationnée et il est impossible de passer. Parfois en klaxonnant on résout le problème en quelques minutes. Parfois l’intervention de la police et d’une dépanneuse sont nécessaires.
  • Les voyageurs.
    Sachez que chaque seconde que vous mettez pour monter et vous asseoir dans le bus, c’est une seconde de retard sur l’horaire. Ca ne paraît pas énorme mais bout à bout, on peut arriver à 10 minutes de retard!
    Préparez votre carte Mobib ou votre argent AVANT l’arrivée du bus. Allez vous asseoir rapidement. Et sortez rapidement du bus. Je suis toujours étonnée de voir que sur le temps que 10 personnes montent dans mon bus, l’unique personne qui doit descendre n’est pas encore arrivée à la porte. Et, contrairement à ce qu’on croit, ce ne sont pas forcément les voyageurs les plus âgés.
    Ah, et quand un bus est en retard, abstenez-vous de demander pourquoi. Déjà, ça ne changera rien à votre vie de connaître la raison du retard mais en plus ça évitera d’augmenter le retard. Trente secondes pour vous expliquer la raison, multiplié par 10 voyageurs, on arrive à 5 minutes de retard supplémentaires. Pour rien.
  • Les déviations.
    C’est différent dans chaque dépôt mais dans mon dépôt d’attache, les déviations sont affichées sur un mur. Je l’appelle le mur des lamentations. Parce que, non seulement cela va me mettre en difficulté, mais en plus je compte le retard probable et les insultes qui iront avec.
    On a parfois des déviations qui nous font prendre jusqu’à 8 à 10 minutes de retard!
  • Les pannes.
    Un bus passe beaucoup de temps sur la route. Une journée de travail sur certaines lignes c’est 200km. Un bus peut donc faire 400km sur une journée et uniquement en agglomération. C’est usant pour le véhicule qui peut rapidement tomber en panne. Changer de bus en cours de route peut nous faire prendre 20 minutes de retard.

Il y a d’autres raisons qui nous font prendre du retard mais ce sont les principales. Mais jamais un chauffeur ne prendra du retard volontairement. D’ailleurs, c’est sanctionnable.
Ah si, il y a un cas où on prend du retard volontairement. C’est quand nous avons 4 ou 5h de conduite non-stop. Il y a un moment où il est nécessaire de s’arrêter 10 minutes.
Un jour, j’ai essayé de faire tout mon service sans m’arrêter. J’ai eu une crampe à la jambe droite. Et croyez-moi, c’est flippant de ne plus être en mesure d’appuyer sur le frein! Bon, ce n’était qu’une petite qui est rapidement passée. Mais quand même.
Depuis ce jour, je fais une pause quand j’en ai besoin et même si la pause n’est pas prévue dans l’ordre de marche ou si je suis retard. Je pense que la sécurité est plus importante que 5 minutes d’attente.

Un jour j’ai lu une remarque comme quoi on avait qu’à partir plus tôt lorsqu’on sait qu’il y a des travaux, comme ça on ne sera pas retard.
Oui, après les travaux. Mais avant les travaux, on fait quoi des voyageurs qui ont raté leur bus parce qu’on avait 8 minutes d’avance afin d’être à l’heure après les travaux? Que j’aime lire ces remarques de personnes qui ne pensent qu’à leurs petites fesses ^^

Vos réactions en vrac

Bon, pour la suite, je vais utiliser des captures d’écran de vos remarques sur différents sites de presse. Je ne floute pas les noms car, de un, faut assumer ses paroles et de deux, vu que c’est publié en mode publique, je ne suis pas obligée de le faire (et de trois, j’ai la flemme de le faire 😉 ).

 

On ne force personne à prendre le bus. Un permis, une voiture, et hop, vous voilà tranquille. Enfin, pas tout à fait, il faut se farcir les embouteillages.
Sinon, il y a le vélo, la marche à pieds, le taxi, la trottinette, la skate-board, la téléportation. Ah non, celui là pas encore.

 

Ok, donc je note que j’ai le droit de frapper les gens qui sont désagréables. Dudju, ça va être un carnage lundi au boulot…
Juste pour info, quand 10 personnes montent dans le bus, qu’on dit bonjour à ces 10 personnes et que seules 3 répondent, qui est le plus désagréable?
Le pire ce sont les gens qui me regardent dans les yeux l’air de dire « de quel droit tu t’adresses à moi, p’tite merde?! »

 

Lui, j’avais envie de mettre son commentaire ici rien que pour le fun. Parce qu’un chauffeur de bus (apparemment à la STIB) qui appelle d’autres chauffeurs de bus « des barakis » ou « débiles ». Fallait que je le mette. Et je ne parle pas de la petite touche machiste à la fin (il répondait à une femme).

 

Justement, on fait grève pour que ce qu’on fait nos grands-parents ne soit pas détruit. Et oui, j’ai déjà transpiré dans mon « travail ». Pas plus tard que cet été où la température dépassait les 45°C dans mon bus.

 

Les vendeuses, les éboueurs, les pilotes d’avion, les médecins, les infirmières, les forains, les heu… pfiou, y a tellement de glandeurs dans le monde, c’est inouï!
Heureusement qu’il y a des usines avec de vrais travailleurs parce que sinon le monde serait complètement à l’arrêt!

 

Aaah, la privatisation! Merci Johnny, j’avais complètement oublié d’en parler!
Cette privatisation tant attendue par bon nombre d’usagers des bus (et même ceux qui ne prennent pas le bus, je n’ai jamais compris d’ailleurs).
Alors, j’habite une petite ville. Il y a plusieurs lignes de bus mais si j’écarte les lignes qui ne passe que 2 fois par jour pour les écoles, il reste 3 lignes.
Les 3 lignes sont opérées par un transporteur privé. Ce sont des bus aux couleurs TEC mais ce n’est pas le TEC qui les gère mais une société privée. La fameuse privatisation que vous attendez avec une grande impatience.
Sur ces 3 lignes, une ne ne circule plus après 18h en semaine, ne circule que 5 fois le samedi et pas du tout le dimanche.
L’autre ne circule plus après 18h en semaine, ne circule pas après-midi le samedi et ne roule pas du tout le dimanche.
La troisième est un peu mieux lotie puisqu’elle circule jusque 20/22h (selon le sens).

Bref, sur 3 lignes privées, seule 1 a un horaire correct.

Un voyage qui n’est pas rentable est un voyage supprimé chez un privé. Oubliez les bus après 19h. Oubliez carrément les bus si vous êtes en zone rurale.
Et le dimanche, faites tourner Netflix.

Et concernant les véhicules… comment dire… je connais un peu les coulisses maintenant. Disons qu’aujourd’hui, quand je dois prendre un bus privé, je me méfie un peu du transporteur. Tous ne sont pas à mettre dans le même panier mais il y a des bus qui, franchement, ne devraient plus être sur la route : amortisseurs inexistants, chauffage en panne, freins à la limite de lâcher,…
N’oubliez pas qu’une réparation, cela a un coût. Et un transporteur privé doit limiter les coûts. Donc, tant que le bus roule, on y touche pas.

 

Non, et pourtant ça ne serait pas du luxe.

 

Quand on est pas en grève, c’est-à-dire la majorité du temps.

 

C’est vrai, les réponses sont rares. Mais chaque plainte est traitée. Et si elle est fondée, le conducteur devra s’expliquer devant le chef. Avec sanction possible. Et il y a des sanctions.
Rassurez-vous, vous ne déposez pas votre plainte pour rien. Et si le bus est en retard et que le conducteur n’est pas responsable, une adaptation de l’horaire sera envisagée. Bon, pas à la première plainte, il faut que la plainte pour retard soit répétitive.

 

Je pourrais encore écrire des lignes entières sur le métier et pourtant je ne le fais que depuis peu. J’imagine mes collègues qui sont là depuis des années tout ce qu’ils pourraient écrire.
Mais je vais conclure ce long article en vous disant que j’ai choisi ce métier par passion, que je prends mon service chaque jour avec plaisir (bon, d’accord, il y a des jours où j’aurais préféré rester dans mon lit, comme tout le monde).
Et que même si je n’ai plus de vie sociale, que la pile de Spirou Magazine non lus monte petit à petit, que je suis prise pour de la merde quasi chaque jour par les voyageurs, j’adore mon métier.
Et quand vous monterez dans un bus, souriez et dites « Bonjour » même si le bus est en retard. Ca ne le recalera pas sur l’horaire mais ça sera plus sympathique.
Et vous pouvez même dire « Au revoir » en descendant. Un jour, une personne est descendue de mon bus en disant « Merci et bonne soirée! ». J’ai failli déposer plainte pour agression! C’est que je ne suis pas habituée à ce qu’on soit aussi gentil, ça m’a stressé 😀

Bref, c’est un métier utile à la population et ça, ça n’a pas de prix.

 

 

36 commentaires sur “Conducteurs de bus, ces chieurs (et grévistes)21 min de lecture

  1. Je partage!!! Quand on pense que, lorsque le contrôleur de la S.T.I.B. s’est fait battre à mort par un « mécontent », Il y en a qui ont osés se plaindre…
    (J’en ai fait des sauvegarde écran). C’est impensable que l’ on nous déshumanise à ce point ! C’est tout juste si ils ne sont pas plaint parce que le gars avait taché le trottoir de son sang. ( Ils se prennent pour le nombril du monde alors qu’ils n’ en sont que le trou du…). Ils faut dire aussi que les médias aiment allumer la mèche! Et nos dirigeants ne sont pas prompt a prendre notre défense. Cet après-midi, une personne m’ a regardé d’ un air hautain en me demandant si il y avait grève demain. Je lui ai répondu qu’ elle regarde sa chaîne préférée:  » Ils savent mieux que nous quand et surtout pourquoi ! « .Merci pour votre article.

    1. Oui, pour les agressions, on vient d’en avoir une importante. Les gens râlaient parce qu’on ne passait plus à l’arrêt en question.
      Même si je peux comprendre que les gens ont besoin de leur bus pour se déplacer, les chauffeurs ont besoin de leur vie pour pouvoir conduire…

      Pour ce qui est de mieux savoir que nous, je ne peux qu’être d’accord : ce sont souvent les voyageurs qui m’annoncent qu’une grève est programmée ^^

  2. Je suis chauffeur de bus également. J’ai roulé 13 ans à la STIB et maintenant je suis au TEC NL depuis 9 ans. C’est si bon de vous lire, on s’y reconnait tellement !! Merci pour cette magnifique prose ! 😀

  3. Admirable ! Tout est dit.
    Votre texte reflète bien le quotidien d’une grande majorité de conducteurs de bus/car.
    Je conduis depuis près de vingt ans chez Soléa à Mulhouse, et je m’y retrouve totalement.
    Encore bravo. ☺️

    1. Effectivement, j’avais en tête le TEC puisque c’est là que je travaille mais cela peut effectivement s’appliquer à tous les conducteurs de bus du monde à mon avis.

  4. Bravo.
    Très beau résumé de votre travail. Je ne suis pas dans le milieu du transport mais travailleur indépendant passionné des transports.
    Encore un fois les gens vous jugent à cause d’une minorité d’imbéciles qui n’ont pas leurs places dans un service public.
    Mais certains commentaires et insultes que j’ai pu lire montre l’état d’esprit et de culture générale de certaines personnes qui ce permettent de juger et ne vois pas plus loin que leurs nombrils. Petites mentalités.
    Bravo madame à vous et vos collègues passionnés de ce métier.
    JP.

    1. Ce n’est pas toujours à cause de certains conducteurs qui font mal leur travail, c’est aussi parce que les gens ne connaissent pas le métier.
      Pour eux, conduire un bus ou une voiture, c’est du pareil au même.
      Idem pour ceux qui critiquent notre retard : ils ne comprennent pas qu’on est sur la route comme n’importe quel autre véhicule. L’exemple que je donnais sur le voyageur qui demandait à ce qu’on parte en avance en cas de travaux montre bien que les gens ne pensent pas plus loin qu’eux.

      Tiens, je m’aperçois que c’est une de vos photos que j’ai utilisé pour illustrer l’article 🙂
      (et pour ceux qui sont intéressés par des photos de bus, cliquez sur la photo d’illustration pour aller sur la page Flickr)

  5. J’ai adoré ce texte ! Mon oncle est conducteur à Mons et je veux en faire mon métier. Je peux paraître fou, mais à 15 ans (donc mon âge actuel) je me lève à 2h50 rien que pour aller accompagner mon tonton (bon le matin c’est uniquement quand j’ai congé) mais l’après-midi, c’est tout le temps aussi 🙂 Sauf quand j’ai du travail pour l’école, école oblige !
    Encore demain je pars en vadrouille (mais avec une amie cette fois-ci). Me reste plus que 6-7 ans et nous serons surement collègue!

    1. J’ai toujours voulu faire ce métier mais je n’allais pas jusqu’à me lever à 3h pour passer au dépôt 🙂
      Bon, faut dire aussi que je ne connaissais personne qui aurait pu m’emmener au dépôt :p

      Sinon, profite bien des 6-7 ans qu’il te reste. Après ça devient difficile de trouver du temps pour soi. Mais, perso, je trouve que ça en vaut la peine. Mon petit côté maso sans doute 😀

  6. Bravo ! et très « couillu » ! Cet article devrait etre mis dans les arrets de bus pour que les gens prennent conscience de ce « métier » ! Et oui ,un « bonjour » , un « au revoir » et surtout un « merci » ne feraient pas nous faire un AVC ,nous les usagers !

  7. Bien parle
    Moi aussi je connais des chauffeurs et chauffeur de bus et fières de les connais mais arrête de les jugés
    Ils fonts leurs metiers
    Et comme d autres affiche ce beau textes dans les aubettes et dans le métro
    Vive la tec

  8. Bravo pour cet article tellement vrai ! (et bien rédigé avec cette petite touche d’humour)
    Je suis conducteur de bus à Metz en France, j’adore mon métier aussi, mais ça me désole tellement de voir que la plupart de la population ne se rend pas compte de ce qu’est réellement notre boulot !
    Vraiment, bravo, je ne commente jamais d’article sur Internet mais le vôtre le mérite ! Il faudrait même l’imprimer et le distribuer aux usagers, aux automobilistes,… à tout le monde !

    1. D’un autre côté, je peux comprendre qu’ils ne sachent pas ce qu’est notre métier. Même moi qui m’était déjà bien renseignée (puisque je veux faire ça depuis mon enfance) j’ai été surprise.
      C’est un métier bien plus difficile que ce que je pensais. Bon, maintenant, il est vrai qu’il y a pire. Mais ce n’est pas se balader toute la journée comme on peut l’entendre régulièrement.

  9. Bravo a vous tous ,Les gens qui critique ne sont pas conscien des agretions que vous deve subir courage je vous Soutien de tout coeur

  10. Vous avez omis le plus important…Un conducteur de bus a la responsabilité de plus ou moins 100vies en permanence et fait tout pour les amener à bon port;si il a du retard tant pis la vie vaut mieux qu être top à l eure

    1. Absolument!
      Mais bon, comme je l’ai dit, les gens ne voient qu’eux. C’est compréhensif mais il faut bien penser que, comme vous dites, il vaut mieux être retard qu’avoir un accident grave pour 3 minutes…

  11. Bientôt 20 ans de conduite et je m y retrouve tout à fait . Par contre je ne suis pas tout à fait d accord avec les nombreux jours de grève.

    1. Je ne suis pas contre le droit de grève, bien au contraire. Mais faut avouer que pour le moment, il y en a un peu de trop. Je pense que c’est non seulement nuisible pour notre image mais c’est nuisible aussi pour les négociations… Mais cela reste mon avis (et je n’ai aucune expérience en syndicalisme).

  12. Je suis pas d’accord avec tout , le métier n’est pas non plus exactement comme c’est décrit , 9h de conduite pas continue de plus vos journées ne commence pas a 2h et finir a minuit sinon comme dit impossible d’aller dormir a 18-19h , vos trajet son étudier pour me gabarits de vos bus ( seul vehicule mal garer peut vous bloquer car meme en cas de travaux trop important itineraire changer , donc le stress est reduit car vous savez toujours par ou vous passez etc …
    ce n’est pas un boulot simple mais vous avez bon nombre d’avantage et facilite , je suis routier fabrice tu le sais des 12-14h par jours au volant d’un camion remorque de 21 mètres et jusqu’a 3,5 m de large en convoi exceptionnel je connais aussi et comme beaucoup de collègues on ne sait pas la route en avance ..
    maintenant conduire est fatiguant c’est vrai mais vous avez un bon nombre de pause , des heures de chaleur etc , il y a de l’exagération quand les gens vous dénigrent mais ici aussi c’est rudement exagérer , et désoler mais oui vous êtes des travailleurs mais aussi des grévistes de la première heures , il faut savoir l’accepter !!

    1. Je n’ai jamais dit qu’on faisait 2h-Minuit. On ne peut pas travailler plus de 10h de toute façon (sauf les coupés).
      Je voulais dire qu’on pouvait commencer très tôt ou finir très tard. Mais clairement pas les 2 à la fois.
      Pour le reste, ne connaissant pas le métier de routier, je ne peux pas comparer.

    2. Le VOUS est réducteur … Je suis chauffeur Tec et n’ai JAMAIS fait un jour de grêve de ma vie … Je ne sais même pas ce que c’est que de faire une manifestation … Je viens du privé et oui … il y a des facilités … Je n’ai plus besoin d’avoir un plan qui est aléatoire parce que les routes changent ou les sens de circulations changent … On peut se faire guider … J’ai déjà fait des journées de 8h ou 9h non stop … Parce qu’on dépend du traffic … Si on a 15 min de pause et qu’on est 20 min en retard, beh on part direct … et concernant les lignes, j’avais une certaine étiquette de la Tec ( Ils ne font que de la ligne droite, des chemins de tapettes etc. ) mais en arrivant … il y a pas mal d’endroits techniques … Ce que j’aime .. Et puis, si on est tellement mieux, postulez … 🙂 Bonne soirée

    3. Bonjour cher monsieur chauffeur poids lourd…

      Oui le métier offre pas mal d’avantages… oui évidement on ne commence pas à 2h pour finir à 23h. C’est pas ce qui est écrit… certes on sait pas où on passe… mais lorsque c’est une nouvelle déviation, donc nouvelle rue, donc nouvelle manoeuvre, quand on est jeune conducteur comme le rédacteur de l’article c’est stressant. La circulation en continue est stressante. Les gens le sont également. Le manque de civisme et de respect c’est pareil, et d’autant plus frustrant quand c’est un conducteur de poids lourds qui ne nous respecte pas.
      Les pauses? Il m’est arrivé au début de ma carrière de rouler 8h d’affilée à cause du retard et de la peur des représailles par la hiérarchie. Dans faire pipi sans boire et sans manger.
      On fait grève oui… vous devriez aussi d’ailleurs essayer de protéger votre metier

  13. Bravo pour cet article. Complet, explicite, humble, et….. Bourré d’humour. J’adore.
    J’ai pris le bus de nombreuses années. Je dis bonjour en entrant et parfois au revoir en sortant suivant les cas.
    De nombreuses fois j’ai pensé… » Ils doivent avoir beaucoup de courage ou aimer ce qu’il font voire les deux.  »
    Parce que dans votre article, outre les insultes vous oubliez le bruit !!! Les étudiants en période de pointe qui gueulent littéralement comme des tapés, qui se bousculent, se battent… Se mettent contre les portes ne comprenant pas qu’elles ne se refermeront que si ils s’écartent et d’où retard aussi.
    Franchement ce boulot comme d’autres sûrement mérite une médaille.
    J’ai déposé trois plaintes fondées chez Zanella à l’aide du fameux formulaire. Car comme dans tous les métiers il y a des bons et des mauvais chauffeurs. A chaque fois on a pris la peine de me répondre par courrier.
    Aujourd’hui j’ai ma voiture et mon permis. Fini le bus.
    Jamais je n’ai critiqué une grève sauf si elle est sauvage même si je la comprends également. Mais difficile alors de s’organiser. Et aujourd’hui j’ai déjà déposé des gamins avec ma voiture un jour de grève pour aider. Parce que vous y avez droit à cette grève.
    Et pour conclure ( je suis presque aussi longue que vous) si votre métier est si bien qu’on ne le dit dans les critiques pourquoi ne font ils pas chauffeur de bus alors tous ces gens !!
    Martine. Une enseignante…. L’autre gréviste lol. 😉😂

    1. Merci pour votre commentaire 🙂
      Oui, il faut du courage, c’est sûr. Mais bon, j’aime ce que je fais donc ça va. Certaines journées sont longues mais d’autres je n’ai pas l’impression de travailler.
      Pour le bruit, on ne l’entend plus au bout d’un moment. C’est comme le moteur : j’ai pour habitude de couper le moteur lorsque ma pause est d’au moins 15 minutes mais parfois j’oublie car je ne l’entend plus.
      Par contre, un truc que j’ai remarqué : le matin, le bus est bondé d’étudiants et on entend rien, ils dorment tous debout 😀
      Mais après-midi… pfiou, sont réveillés les gaillards 😀

Laissez un commentaire